Le Chiffre

A 90km/h, une moto parcourt en moyenne 7,5 mètres de plus qu'une voiture.

Découvrir l'étude

Source : Sécurité Routière

Adhésion 2016
Télécharger ici le bulletin d'adhésion 2016
Partenaires

Archives mensuelles : septembre 2014

Juillet 2014 : baisse de 11,6 % de la mortalité sur les routes

Autoroute nuit

© Wikimedia Commons

L’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) vient de publier le bilan provisoire de l’accidentalité routière du mois de juillet 2014. Au cours du dernier mois, 304 personnes ont perdu la vie sur les routes de France contre 344 en juillet 2013, soit une baisse de 11,6% de la mortalité routière. C’est le nombre de décès sur les routes le plus bas jamais enregistré pour un mois de juillet depuis 1954.
En juillet 2014, les autres indicateurs de l’accidentalité routière sont aussi en baisse par rapport à juillet 2013 : -15,6% pour le nombre d’accidents corporels comme pour celui des personnes blessées, et -18,6% pour le nombre de personnes hospitalisées plus de 24 heures après l’accident.
Les usagers de deux-roues motorisés, avec 42 vies sauvées le mois dernier par rapport à juillet 2013, sont les premiers bénéficiaires de cette amélioration dans un contexte météorologique peu favorable. A contrario, on enregistre une hausse de la mortalité pour les occupants de véhicule de tourisme (+6 personnes tuées) et pour les cyclistes (+12 personnes tuées).
Toutefois, si les données provisoires du mois de juillet 2014 sont encourageantes, le bilan des sept premiers mois de l’année invite à rester très fortement mobilisé. Les dramatiques accidents survenus sur la route en juillet (particulièrement dans l’Aube le 22 juillet et dans la Meuse le 25) incitent chacun d’entre nous à être vigilant et à respecter les conseils de prudence : prendre le volant reposé, non-alcoolisé, faire une pause toutes les deux heures, en cas de fatigue, ne pas hésiter à passer le volant à un proche et en toutes circonstances : respecter les limitations de vitesse.

Source : securite-routiere.gouv.fr

Expérimentation de la technique de prélèvement salivaire en matière de conduite après usage de stupéfiants

En 2013, les stupéfiants sont la cause principale de 4% des accidents mortels de la route.

Prélèvement salivaire

© www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr

Pour contribuer à endiguer ce phénomène, le plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives 2013-2017 prévoit l’expérimentation de la technique de prélèvement salivaire afin de simplifier la procédure de contrôle. Cette expérimentation, pilotée par la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives (MILDECA) est actuellement conduite en liaison avec la Délégation Interministérielle à la Sécurité Routière (DISR).

Plus de 144 000 dépistages de stupéfiants ont été pratiqués par les forces de l’ordre, dont plus de 33 000 lors d’interventions sur accidents mortels, corporels ou matériels. Cela représente plus de 110 000 dépistages d’initiative aux bords des routes par les forces de l’ordre. Ce nombre de tests, en forte augmentation, reste néanmoins très éloigné des 10 millions de contrôles d’alcoolémie conduits chaque année en France. Cet écart est principalement dû à une procédure plus longue et plus coûteuse, la recherche de stupéfiants nécessitant actuellement un dépistage salivaire réalisé par les forces de l’ordre puis une présentation du conducteur devant un médecin afin d’effectuer un prélèvement sanguin qui est ensuite envoyé en laboratoire aux fins de recherches et de résultats.

La Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites addictives et la Délégation Interministérielle à la Sécurité Routière lanceront, au cours du dernier trimestre 2014 dans une dizaine de départements, une expérimentation pour remplacer le prélèvement sanguin par un prélèvement salivaire effectué par les forces de l’ordre, en bord de route, et directement envoyé en laboratoire. Cette expérimentation puis à terme la généralisation du deuxième test salivaire permettront d’augmenter les contrôles d’initiative des forces de l’ordre grâce au gain de temps généré par l’abandon du test sanguin de confirmation.

Source : www.securite-routiere.gouv.fr

Vitesse : une campagne d’affichage au bord des routes

Deux affiches alternant les accroches « Trop vite » et « Trop tard » ont été placées cet été, au bord des routes secondaires, pour montrer que l’accident est inéluctable face à un imprévu en cas de vitesse excessive. L’affiche a été diffusée du 5 au 19 août 2014.

affiche-trop-tard Trop viteSource : www.securite-routiere.gouv.fr