Le Chiffre

A 90km/h, une moto parcourt en moyenne 7,5 mètres de plus qu'une voiture.

Découvrir l'étude

Source : Sécurité Routière

Adhésion 2016

Télécharger ici le bulletin d'adhésion 2016

Partenaires

111 radars fixes désormais équipés du « double-sens »

Nouveaux Radars

© Sécurité Routière

Le double-sens : un même équipement contrôle la vitesse des véhicules sur deux voies de circulation en sens opposés

Comme annoncé par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans le plan pour la sécurité routière du 26 janvier dernier, le parc des radars est en cours de modernisation pour mieux lutter contre les vitesses excessives ou inadaptées (mesure 16). L’installation de la fonctionnalité « double-sens » à l’intérieur de 111 radars fixes en est la première concrétisation. La fonction « double-sens », homologuée par le Laboratoire national d’essais (LNE), est une évolution technique qui améliore sensiblement la capacité pour un radar fixe de lutter contre l’insécurité routière en contrôlant concomitamment la vitesse des véhicules qui circulent sur deux voies opposées. La mise en place de cette nouvelle fonction n’est possible que sur certaines configurations de voie : une limitation de vitesse identique dans les deux sens de circulation, une route bidirectionnelle avec des voies contiguës sans glissière et en dehors d’une zone matérialisée au sol par des zébras. Entre début juin – date d’installation des premiers dispositifs « double-sens » – et ce jour, plus d’une centaine d’équipements ont été testés sans aucun envoi de contravention (9 dans l’Ain, 5 en Ardèche, 2 dans les Bouches-du-Rhône, 6 en Charente-Maritime, 7 dans le Gard, 7 en Haute-Garonne, 8 en Gironde, 3 dans l’Hérault, 6 en Ille-et-Vilaine, 7 en Isère, 8 en Loire-Atlantique, 7 dans le Morbihan, 12 dans l’Oise, 3 dans le Pas-de-Calais, 2 en Haute-Savoie, 1 en Seine-Maritime, 4 en Seine-et-Marne, 2 dans le Var et 12 en Vendée).
Cette période de tests s’achèvera progressivement à partir du lundi 14 septembre 2015. Les poursuites judiciaires des infractions de vitesse relevées par les 111 dispositifs double-sens commenceront alors à être effectives. D’ici à la fin 2015, 200 radars fixes seront équipés du « double-sens » et 300 de plus le seront en 2016. Des panneaux d’information sont systématiquement installés sur chacun des axes contrôlés par un équipement « double-sens », dans chaque sens de circulation.
Avec la mise en place de cette nouvelle fonction, la Sécurité routière étend le périmètre des contrôles du respect de la vitesse, en particulier sur le réseau secondaire particulièrement accidentogène, sans augmenter le parc existant de radars qui reste fixé à 4 200. Le coût moyen total d’installation de cette fonction s’élève à 15 000 € par radar.
Ainsi, la fonction double-sens est déjà mise en œuvre dans les radars mobiles de nouvelle génération et le sera prochainement dans les radars autonomes. Elle a également vocation à être mise en œuvre dans les futures générations de radar, pour les emplacements qui le justifient en raison de leur accidentologie. Désormais, sur sa gauche comme sur sa droite, un conducteur peut être contrôlé par un radar fixe.

Source : Sécurité Routière

Autocars : éthylotests anti-démarrage (EAD) et ceinture obligatoires

© Sécurité Routière

© Sécurité Routière

À partir du 1er septembre 2015, les autocars affectés à un transport en commun de personnes doivent être obligatoirement équipés d’un éthylotest anti-démarrage (EAD). Ce dispositif d’analyse de l’haleine empêche le démarrage du véhicule en cas d’alcoolémie supérieure au taux autorisé (soit à partir d’une concentration d’alcool dans l’air expiré de 0,10 mg par litre)

À chaque démarrage (sauf si le moteur a été arrêté moins de 30 minutes), le conducteur souffle dans l’EAD et dispose d’un délai de 5 minutes pour mettre en route le véhicule.En cas de test positif, il est possible de faire un nouvel essai au bout d’une minute. Mais en cas de second test positif, le démarrage est bloqué pendant 30 mn. Le véhicule peut toutefois démarrer, sans qu’il soit nécessaire de souffler dans l’EAD, au moyen d’une clé détenue par le chauffeur ou par un code détenu par l’employeur. Le démarrage manuel du moteur suite à un souffle positif sur l’EAD, associé au taux d’alcoolémie, constitue une infraction au code de la route.

La finalité de l’EAD étant uniquement préventive, les données enregistrées concernant le taux d’alcoolémie du conducteur ne doivent être ni consultées, ni communiquées, ni utilisées. Aucune sanction disciplinaire ne peut être engagée sur le seul fondement des résultats de l’EAD. La conservation des informations dans l’EAD est limitée à 45 jours. L’employeur peut conserver les données de l’EAD, à l’exception du taux d’alcoolémie, pendant 2 mois maximum.

Chaque EAD installé doit être contrôlé tous les ans par un vérificateur qualifié. Ce dispositif de contrôle de l’imprégnation alcoolique du conducteur était déjà obligatoire pour les autocars transportant des enfants (c’est-à-dire transportant plus de 9 personnes de moins de 18 ans) depuis le 1er janvier 2010.

Rappel

A partir de septembre 2015 également, les ceintures de sécurité deviennent obligatoires dans tous les véhicules de transport en commun de personnes.
Source : Sécurité Routière

Bernard Cazeneuve rappelle l’entrée en vigueur aujourd’hui de quatre mesures de son Plan national de sécurité routière

©Ministère de l'Intérieur

©Ministère de l’Intérieur

Annoncé par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, le 26 janvier dernier, le Plan national de sécurité routière est devenu réalité. Le calendrier des 26 mesures prises pour garantir une meilleure sécurité de tous les usagers sur la route est tenu. Quatre mesures importantes entrent en vigueur ce mercredi 1er juillet. Trois d’entre elles modifient la réglementation et le code de la route, la quatrième vise à observer le comportement des usagers de la route en expérimentant un abaissement de la vitesse autorisée.

Source : Sécurité Routière

0,2 gramme d’alcool par litre de sang, c’est zéro verre d’alcool

Les accidents de la route sont la 1ère cause de mortalité et de handicap des 18-25 ans et, dans 1/4 de ces accidents, une alcoolémie excessive en est la cause. Pour lutter contre ce fléau, la limite d’alcool autorisée en conduisant passe de 0,5 g/l à 0,2 g/l d’alcool dans le sang pour tous les titulaires d’un permis probatoire ou les conducteurs en apprentissage. Les jeunes conducteurs contrôlés avec un taux d’alcool supérieur ou égal à 0,2 g/l encourent un retrait de 6 points sur leur permis et une amende forfaitaire de 135 €, voire une immobilisation du véhicule.

Plus d’infos

Lire le décret relatif à la lutte contre l’insécurité routière

Source : Sécurité Routière

Deux-roues motorisés : nouvelles plaques d’immatriculation

© Sécurité Routière

© Sécurité Routière

À compter du 1er juillet 2015, afin de simplifier la tâche des forces de l’ordre et d’améliorer progressivement l’équité entre tous les usagers de la route, seules les plaques d’immatriculation d’un format minimum de 210 mm par 130 mm pourront être posées sur les véhicules à deux ou trois roues à moteur (cyclomoteurs, motocyclettes, tricycles) et les quadricycles non carrossés (quads), en application de l’arrêté du 11 février 2015, modifiant l’arrêté du 9 février 2009.

Lire le communiqué de presse

Source : Sécurité Routière

Baisse de vitesse de 90 à 80 km/heure sur trois tronçons routiers

Limitation à 80 km/h

Comme l’avait annoncé le ministre de l’Intérieur devant les membres du Conseil national de la sécurité routière le 11 mai dernier, trois tronçons ont été retenus pour observer les effets d’une diminution de la vitesse maximale autorisée sur des routes bidirectionnelles :

  • 18 kilomètres de la RN7 dans la Drôme entre Croze-Hermitage et Valence (26)
  • 17 kilomètres de la RN151 dans la Nièvre et 32 kilomètres dans l’Yonne entre La Charité (58) et Auxerre (89)
  • 14 kilomètres de la RN 57 dans la Haute Saône entre Échenoz-le-Sec et Rioz (71).

Lire le communiqué de presse

Source: Sécurité Routière

800 participants face au choc de l’accident

Les freins crissent, deux carcasses s’entrechoquent, les corps jonchent le sol dans les éclats du pare-brise. Quelques minutes avant, un casque dessanglé ne laissait plus à terre qu’un crâne ensanglanté. Une seule consolation : ce n’étaient que des mannequins…
Les crash-tests mis en place par la Préfecture de police jeudi 4 juin, à Paris, dans le cadre de la « Quinzaine régionale des usagers vulnérables », ont fortement marqué les participants, en incarnant les dangers de l’insécurité routière dans une mise en situation des plus réalistes. Le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, a pris part, aux côtés de collégiens, lycéens, étudiants et seniors (800 personnes), à la démonstration.

Les crash tests

Le bilan de la « Quinzaine régionale des usagers vulnérables »

Source : Sécurité Routière

Vélo-city 2015

velo-city 2015

© velo-city.com

Vélo-city 2015: quatre jours de conférence mondiale pour le vélo urbain et les politiques cyclables

La France a accueilli à Nantes, du 2 au 5 juin, la conférence mondiale du vélo urbain et des politiques cyclables : « Vélo-city 2015 ».
Le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, s’est rendu sur place afin de sensibiliser à un usage responsable du vélo sur les routes. Dans ce cadre, il a notamment remis trois prix aux lauréats désignés à l’issue d’un mois de votes par internet et en préfecture, pour leur participation à un concours d’affiches organisé dans les classes de 6ème du département de la Loire-Atlantique autour de la circulation douce vélo/piétons.

En savoir plus sur « Vélo-city 2015 »

Source : Sécurité Routière

Il est désormais possible de changer d’école de conduite gratuitement

auto-ecole

© La Dépêche-DDM

Publié au Journal officiel, le décret d’application n° 2015-578 de la loi Consommation du 17 mars 2014 interdit désormais la facturation de frais de transfert de dossier des candidats au permis de conduire d’une école de conduite à une autre. Chaque candidat pourra donc changer d’auto-école sans frais, quelle qu’en soit la raison, en cas de déménagement, ou encore pour faire jouer la concurrence. Cette mesure est complémentaire à celle relative à la restitution gratuite du dossier aux candidats qui le demandent, également introduite par la loi Consommation.

Lire le décret paru au JO

Source : Sécurité Routière